Moteurs de recherche & réseaux sociaux Rétrospective Google en 2011

Rétrospective du 1er semestre 2011 chez Google

Publié le 20 Juillet, 2011 - 17:02 par Antoine Girault

Le premier semestre 2011 a été marqué par un certain nombre de modifications majeures à l’initiative du célèbrissime moteur de recherche Google…
Vous savez, celui qui en juin 2011 comptait plus de 90% des parts de marché de la recherche en France, loin devant Bing, Yahoo et les autres.

Certaines initiatives googlesques ne sont que des modifications qui auront un impact modéré, nécessitant une simple adaptation des habitudes, tandis que d’autres insufflent un réel changement… lisez jusqu’au bout, vous risquez d’être intéressé(e) !

Fin 2010 : Google France intervient sur les fiches Google Adresses

C’est le branlebas de combat sur les fiches Google Adresses en France ! Aux dires des spécialistes, une équipe Qualité aurait sévi. Résultat : toutes les fiches Google Adresses des entreprises situées en France ne respectant pas scrupuleusement les règles éditoriales se sont vues suspendues.

Il est vrai que dans certains secteurs d’activités, notamment dans les métiers liés à la location, il a été pendant longtemps très tentant de « trafiquer » sa fiche Google Adresses en ajoutant par exemple dans sa raison sociale « MachinTruc : location de skis à Vars ».

Cette technique largement répandue dans les fiches Google Adresses permettait de voir son site remonter allègrement dans le haut des résultats de recherche… non négligeable quand on connaît l’intensité concurentielle régnant sur ce genre de requêtes.


Les administrateurs des fiches touchées ont du revoir leur copie, et procéder à une demande de réexamen auprès du moteur de recherche, moyennant un délai beaucoup plus long qu’à son habitude, certainement dû au nombre de cas à traiter !

Que faut-il en retenir ? Pas de spam dans les fiches Adresses non plus !
Décidément, le référencement naturel doit rester… naturel !

Janvier 2011 : Google annonce un changement important d’algorithme

Suite à de nombreuses critiques faisant état d’une dégradation de la qualité des résultats de recherche proposés par Google, le moteur leader avait entrepris au mois de mai 2010 une mise à jour majeure de son algorithme de classement des sites Web – baptisée MayDay dans le milieu SEO – qui avait provoqué chez certains sites Web une chûte du positionnement et donc du trafic issu de Google.

En janvier 2011, Google remet le couvert, et explique ses motivations sur son blog officiel. Qualifiée de majeure, cette modification vise les sites assimilés à des « fermes de contenu », vous savez, ces sites bien placés dans les résultats de recherche qui ne proposent que des contenus sans valeur ajoutée, et qui – pour les pires d’entre eux – affichent pléthore de liens commerciaux en guise de source de revenus…

Février 2011 : Google intègre la recherche sociale aux résultats naturels

Google franchit un nouveau pas dans sa relation avec la recherche sociale, en intégrant des « recommandations sociales » au sein même de ses résultats de recherche naturelle.

Ainsi, si quelqu’un appartenant à votre environnement social en ligne a recommandé – via Twitter par exemple – un contenu en relation avec votre recherche sur Google, le fruit de cette recommandation peut apparaître au sein des résultats de recherche.

Ceci prouve à mon avis deux choses :

  • la complémentarité potentielle des recommandations sociales (donc humaines) avec les critères habituels de référencement naturel dans le « métier » de la recherche en ligne,
  • la forte volonté de Google de déployer (et donc d’investir dans) des solutions techniques permettant de faire remonter ces recommandations sociales dans ses résultats.

Mars 2011 : apparition du bouton +1 sur Google Etats-Unis

Google lance un nouveau service baptisé +1 : à côté de chaque résultat de recherche proposé – y compris les annonces Google AdWords – est affiché un bouton +1 qui permet aux internautes (connectés à un compte Google) d’indiquer les pages des sites Web qu’ils aiment en cliquant sur le bouton +1. Cette fonctionnalité n’est pas sans rappeler le bouton J’aime d’un célèbre réseau social …

Ce nouveau service permet également aux webmasters d’ajouter aux pages de leur site un bouton +1 (comme celui que vous pouvez voir en haut de cette page) invitant l’internaute à exprimer son « vote ».

Avril 2011 : Google Panda inquiète les professionnels en France

En marge de cette nouveauté baptisée +1, les professionels français du Webmarketing, et plus largement les entreprenautes, tremblent devant la dernière actualité : après avoir déployé son nouvel algorithme en langue anglaise, Google s’apprête à appliquer cette nouvelle mouture en France et d’autres pays d’Europe courant juillet 2011.

Baptisée Panda, cette version de l’algorithme fait couler beaucoup d’encre – jusque dans les quotidiens non-spécialistes du Web – car aux Etats-Unis où l’algorithme aurait été déployé fin Février, certains sites Web très populaires (entendez recevant beaucoup de trafic de Google) ont vu leur nombre de visites s’effondrer… Mais alors, que cache ce Panda qui attire tant d’attention ?

Pour ce qu’on peut en lire des spécialistes anglophones, les sites de « faible qualité » sont dans la ligne de mire de Google Panda. Qu’entend-on par faible qualité ? La pertinence de l’information ? Le volume de publicités ? Le caractère « unique » du contenu textuel qui y est présent ? Il est difficile de répondre à cette question, d’autant plus que le Panda ne devrait être déployé sur les sites francophones qu’au mois de juillet. Google propose néanmoins des axes de réflexion sur son blog officiel.

Toujours est-il que Panda fait peur aux responsables Webmarketing.
Allons messieurs, qu’avez-vous à vous reprocher pour trembler de la sorte ?

Juin 2011 : Google annonce le lancement de Google+

Quelle nouveauté la firme américaine nous réserve-t-elle en cette fin de 1er semestre 2011 ?

Le début du mois de juin est plutôt « calme », malgré des modifications d’algorithme décelées par le centre de recherche d’Olivier Duffez, qui témoigne sur son site Web de « gros changements d’algorithme » à la mi-juin, selon lui totalement indépendants du terrifiant Panda.

Pendant que les gestionnaires de sites Web écument les ressources en ligne au sujet du Panda, Google annonce le lancement de son réseau social Google+ !

Ce service est un nouvel essai de la part de Google pour s’imposer sur le marché des réseaux sociaux, dont le signe prémonitoire avait été l’apparition du bouton +1 au mois de mars.

L’inscription est aujourd’hui réservée à un certain nombre d’utilisateurs « sur invitation », comme Google a l’habitude le faire lorsqu’il s’agit de lancer de nouveaux services.

Que faut-il retenir de ce premier semestre 2011 ?

La mise à jour Google Panda, qui à ma connaissance n’a pas été déployée en France au moment ou j’écris ces lignes, devrait avoir une incidence limitée sur les sites Web qui jouent la carte du contenu unique à valeur ajoutée, conjointement à une stratégie de netlinking raisonnée, et qui placent l’internaute au centre de leur stratégie de contenu, sans essayer de « spammer » les moteurs de recherche.

Cependant, comme à chaque modification majeure de l’algorithme de Google, il est judicieux de renforcer le suivi du référencement naturel afin de détecter les éventuelles modifications du positionnement, et apporter des actions correctives nécessaires.

Au delà des modifications de l’algorithme dont l’objectif principal est d’améliorer de façon continue la qualité perçue de ses pages de résultats, il est intéressant de noter que Google introduit petit à petit la notion « sociale » au coeur même de la recherche sur le Web.

Le « référencement social » serait-il en train de voir le jour ? Après tout, quoi de plus « naturel » que de prendre en compte les « avis, « votes » et autres « recommandations » des internautes pour juger de la pertinence des pages d’un site Web ?

Et alors, quelle place accorder aux réseaux sociaux en entreprise en 2011 ?

Au jour d’aujourd’hui, la majorité des sites de nos clients, pour lesquels nous assurons une prestation de conseil en référencement naturel, n’ont pas de stratégie de visibilité dans les réseaux sociaux, et continuent de recevoir la majeure partie de leur trafic via les résultats naturels de Google.

Cela ne signifie par pour autant qu’il faille se détourner totalement de ce nouveau potentiel de visibilité de votre entreprise sur le Web. La question de la présence d’une entreprise dans les « réseaux sociaux » s’étudie au cas par cas, en fonction de la cible, du secteur d’activité, du type de biens ou de services proposés, de l’environnement concurrentiel ou encore des objectifs de l’entreprise…

Mon prochain article traitera de la façon dont les PME peuvent tirer parti des réseaux sociaux, et de ce que cela implique en terme de ressources.